"SYLPH" Photo de l'oeuvreretour

Des troncs solidement implantés dans le sol composent la palissade haute de cinq mètres, qui coupe le chemin. Ce n'est pas une clôture qui nous empêche de passer, mais une barrière qui filtre le passage. Un ouverture se trouve au milieu. Haute de 3,75 m, une figure féminine se découpe, c'est le tracé de la silhouette d'une divinité. Par soustraction, une impérieuse présence s'impose, le vide marque une variation et lève le voile d'une divinité, la nature. "SYLPH", déesse de l'air...

Ceux qui la franchiront ne seront plus les mêmes!... Tout ce qui peut être encombrant ou mauvais devra être laissé de l'autre côté du mur. Le passage est étroit. Il est suffisamment grand pour s'engager facilement. Car cette fente divine marque une vision nouvelle. Le ciel nous semble différent, il se révèle. L'irruption divine dans le sphère humaine se dévoile. le passant est surpris, au milieu de troncs d'arbres ordonnés et assemblés, par une créature éthérée qui se dessine. C'est un évènement qui s'inscrit dans la réalité du monde de l'ordre. C'est une révélation d'un nouvel horizon. Le promeneur venait par un sentier initial muet et finira face à une vision éclairée de son chemin. "SYLPH" s'approprie de l'espace, elle est le fondement d'un nouvel accord entre le visiteur et l'univers de la forêt.

Patricia Tolentino.