"FORET ABRI-FORET    HOSTILE" Photo de l'oeuvre retour

Immense piège impénétrable, lieu hostile à l'homme, la forêt est souvent vue comme un lieu où la diversité des arbres produit un spectacle changeant et dérangeant. Elle est incontrôlable et vit dans un état sauvage, elle rappelle nos angoisses. C'est un lieu où l'ombre des hêtres, aux couronnes entremêlées, empêche la croissance d'herbes nourricières. Les pins, avec leur éternel feuillage, prouvent la force d'une nature indifférente au temps qui passe. La fragilité des bouleaux nous annonce le manque de ressources de la terre où ils se trouvent. Nous sentons les arbres comme des menaces. Ils sont un groupe de titans immobiles, lourds et menaçants, qui attend immobile. Dans ces parages, la nuit nous semble tomber plus vite, et les branches nues ou feuilles sont des appels au désespoir, aux venues de sorcières odorantes de soufre. Les loups ne sont pas loin, nous nous sentons vulnérables et à leur merci.

Un abri s'impose. Un passage, vers des lieux plus cléments, est recherché. Un refuge se présente, dont l'entrée nous paraît étroite. Cependant son assistance protectrice nous rassure, nous enveloppe. Malgré la légèreté de sa construction, cet abri nous suffit. Il nous permet le repos nécessaire, afin de nous isoler de nos hantises. Le sommeil peut venir, le calme nous couvre.

A notre réveil, le seuil s'ouvre à la plaine, qui nourrit nos espoirs de survie à la sortie d'un monde hostile et obscur. La lumière est partout, les pâturages engraissent les troupeaux, les champs fournissent des céréales et légumes. L'abri nous a permis de nous relancer vers un nouvel univers, marqué par l'homme. Une naissance s'est produite, le commencement d'une marche vers des terres plus familières, mais où nous sommes aussi plus vulnérables, où nous regrettons presque l'abri de la forêt.
Patricia Tolentino.