Des artistes et des oeuvres


Le Vent des Forêts


Un vent inattendu, un vent qui décoiffe sérieusement : Six villages agricoles et forestiers de la Meuse accueillent vingt et un artistes européens de premier plan, pour un projet inédit en France... et peut être ailleurs...


Un tour d'horizon des 21 projetsPlus bas

Une extrème variété de formes et d'intentions interdit une description collective des oeuvres. il faut entrer dans le secret de vingt et un regards...
C'est le vent qui anime Ekke Vâli, artiste Estonien quand il nous propose d'en recueillir le chant à l'aide d'une cinquantaine de tubes d'acier dressés sur autant de piquets sur la crète ventée de Dompcervin.
Et c'est aussi le vent qui semble ployer comme plumes les grands mats de chêne auxquels l'Allemand Ernst Amelung va donner leurs courbes. La notion de forêt, refuge ambigu et menace à la fois donne au Français Thierry Teneul l'occasion de nous inviter à renaître d'une hutte-matrice originelle, lieu de transition entre l'ombre et la lumière. Quant au Meusien Nicolas Chénard, il nous invite à replonger dans la lointaine mémoire du temps où les hommes ne pouvaient échapper à l'encerclement visuel de la forêt que vers le ciel, aperçu des clairière, lieux de vie et de sépulture. Le Tchèque Marek Borsanyi installe un guetteur de 8 metres de haut aux bords de la forêt : gardien du silence, des mystères sylvestres?.
Plus bas
Plusieurs projets font signe aux animaux. C'est ainsi à un mystère, à un étrange rituel, que nous invite la Hambourgeoise Anna Jacquemard, quand elle decide avec Katharina Kohl de donner à la peau taxidermisée d'un cerf le "dernier repos" de nos forêt, dans un de ses fameux labyrinthes. Le Vosgien Benoît Tremsal nous revient de Münich pour offrir aux animaux de la forêt (et à nous) 9 miroirs d'eau récupérés d'une source, bâtis en argile pour recevoir les traces, finalement fatales, des chevreuils et des sangliers... Pour Alain Chauveaux, un crâne de cerf trouve place dans un reliquaire qui fait étrangement penser à un poste de télévision minéral. L'Estonien Tônu Maarand installera, haut dans les arbres autour d'une clairière, d'immenses toiles d'areignées. Klaus Heid rend hommage au village d'Utopia, Texas, dont il affirme, sur notre sentier comme dans d'autres lieux dans le monde, la réalité indiscutable.

Affiche


Pour François Davin, l'hommage s'adresse à l'ancien village de Saint-Germain, abandonné au 16ème siècle, et qu'il symbolise par un long personnage (7 mètres), construit sur place, avec les pierres retouvées, et endormi, la tête contre un arbre. Plus loin le Belge Tjerrie Verhellen fait se balancer à une branche d'arbre deux acrobates enlacés. La "Sylph" de l'Irlandais Tony O'Malley découpe sa haute taille (3,70 mètres) dans une palissade qui découpe le chemin : le passage qu'elle nous livre aura les couleurs du ciel. C'est ausi un regard privilégié sur le clocher de Fresnes-au-Mont, que nous offrira le Japonais Hiroshi Teshima, au travers de son "stère de bois" géant. Pour l'Allemand Sven Domann, quelles forêts l'ombre de la lune cache-t-elle?. C'est par erreur que le pont de Maciej Albrzykowski surgissent de l'eau du ruisseau pour nous mener, un peu plus loin, au dessus de ce même ruisseau. Benoît Pereira da Silva nous invite sous la forme d'un jeu à affronter en nous même un interdit majeur : la permutation d'arbres adultes!!! Le Français Made nous propose plusieurs oeuvres : le détournement d'éléments de mobilier urbain "désurbanisé" et fraternisant avec (ou envahis par) la forêt. Il nous embarque également dans une histoire de marcheur dont les poches laissent glisser des clés... Pour finir, la Polonaise Grazyna Jaskierska nous offre une parabole de liaison étroite entre la terre et le ciel, le minéral et l'air, par le truchement de poutres de chène, ajustées en queues d'arondes. Brigitte Sillard joue avec la proximité du clocher de Lahaymeix pour nous embarquer dans ses rituels.

Les 37 kilomètres du sentier offriront d'utiles transitions d'un regard au suivant. Et qui sait ce que nous réserveront les symposiums de ces prochaines années?.

haut de la page

Précédente Accueil Suivante