Patate de Breux

Au début du XIXème siècle, le territoire ingrat de Breux ne laissait pousser que le blé noir.

Puis est venu le choux "cabu", qui s'exportait vers la Belgique; mais depuis les années 1850, les sables argileux de Breux laissent pousser la pomme de terre, jugée alors "excellente", comme aujourd'hui.

Le peintre meusien Bastien-Lepage a illustré "La récolte des pommes de terres" (aujourd'hui à Melbourne), et le poète local Dieudonné Charlier a chanté les différentes variétés: "les longues, les saucisses, les becs".

En 1996, seuls 25 hectares sont encore plantés à Breux et au hameau de Fagny, à la frontière belge; 4 hectares subsistent encore à Thonne-la-Long, mais la culture a complètement disparu du territoire d'Avioth.

"Le semeur" de Jules Bastien-Lepage
"Le semeur" de Jules Bastien-Lepage
proche de "La récolte des pommes de terres"
(aujourd'hui à Melbourne)
 
A Breux, quatre cultivateurs récoltent plus de 600 tonnes de tubercules, essentiellement de la variété bintje, mais aussi des rosas et des charlottes. Cependant, la production limitée au marché local, baisse continuellement.